le coq sonnerat

ORIGINE

Il existe quatre variétés de coq sauvage.Le plus commun,le coq doré, est aussi l’ancêtre de tout nos coq domestique.Il y a également le coq de La Fayette qui vit uniquement au Sri Lanka, le coq vert de java (Green Junglefowl) en anglais) qui comme son l’indique vit sur l’île de Java et de nombreuses autres îles de la région et enfin le coq Sonnerat.

A l’état sauvage; le coq sonnerat vit uniquement dans le sud et l’ouest de l’Inde. C’est le premier coq sauvage qui fut découverts.Découverte que nous devons à l’explorateur et naturaliste français Pierre Sonnerat lors d’un voyage en Inde de 1774 à 1781.

 

CARACTÉRISTIQUES

SON HABITAT

On le trouve principalement dans les forêts mixtes de bambous,non loin des villages, où il peut chercher sa nourriture dans les champs cultivés ou des plantations abandonnés.Les vieilles friches son un endroit de prédilection pour lui,il peut s’y cacher facilement.

Mais on peut aussi bien l’observer dans la jungle humide à feuillage persistant que dans les forêts sèches a feuillage caduc.

Dans les régions montagneuses, le coq sonnerat peut vivre jusqu’à une altitude de 2400 mètres. Avec son plumage Gris, il est parfaitement camouflé dans les zones rocailleuses. les petites collines basses semblent être particulièrement apprécié par notre coq,surtout lorsqu’elles sont couvertes de prairie d’arbustes et de broussailles.

Dans le sud de l’Inde,on peut même le voir près du littoral,c’est peu de dire qu’il a un habitat très diversifié.C’est peut-être pour cela qu’il est beaucoup plus facile à acclimater au climat européen car il est moins sensible au froid que les autres coqs sauvages.

SA NOURRITURE

Sans aucun doute, le coq sonnerat est à classer ,au même titre que nos poules domestiques, dans les régimes dit: omnivore.En effet, les sonnerats mangent toutes sortes de graines,cela va de celles qu’ils trouvent dans les champs de culture ,à toutes sortes de graines sauvages .

Au menu on trouve également un nombre important de baies de toutes sortes,différentes racines et tubercules comestibles,ainsi que de nombreux fruits.Les jeunes pousses d’herbes et de bambous sont particulièrement appréciées.

Les sonnerats absorbent leurs rations de protéines ,en consommant des insectes,avec un goût prononcé pour les sauterelles et les termites.Ils participent ainsi à l’équilibre biologique. Les petits reptiles font partie intégrante de leurs régimes.

SA REPRODUCTION

La période de chant du coq commence au début du mois de novembre et peut durer jusqu’au mois de juin.Mais la véritable saison de reproduction ne débute en réalité qu’au mois de février, pour finir aux environs de fin mai. Quelquefois, au vue de la grande diversité de la répartition de l’aire de vie du sonnerat, la reproduction peut se poursuivre jusqu’en juillet.

Ce n’est qu’au bout de la deuxième année que le coq atteint sa maturité sexuelle.C’est a ce moment là qu’il se met en couple pour la saison. Les oiseaux se perchent dans les arbres pour la nuit et à l’aube, comme pendant les nuits de pleine lune, ils chantent pour parader.

Leur chant est bruyant, il ne ressemble en rien aux chants de nos poules domestiques.Le chant est indescriptible,les vrais bruit de la forêt vierge.

La femelle prépare le nid ,elle l’installe dans une petite cuvette caché dans les bambous et les buissons bien à labris des prédateurs.Un terrier abandonné ou une souche creuse fera très bien l’affaire. Très rarement, mais cela arrive,les sonnerats construisent leurs nids dans les arbres ou en hauteur.La poule pond entre 3 et 5 œufs,mais il arrive que deux poules pondent ensemble dans le même nid. Alors,le nid peut contenir jusqu’à 9 œufs.

Une fois la ponte terminée, la femelle couve ses œufs seule pendant 20 à21 jours.Pendant ce temps le coq surveille et protège ses poules,jusqu’à la mort si c’est nécessaire. Après l’éclosion, le coq s’occupe avec la poule des poussins. Il participe activement à la recherche de nourriture pour les petits et à leur apprentissage.

Les poussins sont vifs et très précoce.Ils ressemblent aux poussins domestiques de couleur perdrix,ce qui les camoufle bien. Peu de temps après l’éclosion, il peuvent déjà voler sur de courtes distances. C’est en grimpant dans les buissons,en sautant et en effectuant des petits vols qu’il apprennent à prendre leur envol.Les petits resterons avec les adulte jusqu’à ce qu’ils aient leur plumage définitif et quelquefois plus. Les coqs n’auront leur plumage définitif qu’au bout de la deuxième année,c’est à ce moment qu’il seront capable de féconder une poule.

SES HABITUDES

Les Sonnerats ne vivent en grands groupes, mais en petits clans familiaux.Ils ne dépassent que rarement les cinq à six oiseaux.pour la nuit, ils se perchent en solitaire dans les branches des arbres.

A cause de la chaleur tropicale,les familles de sonnerats cherchent leur nourriture à l’aube, dans la fraîcheur matinale ou, au crépuscule, lorsque la chaleur set moins intense.

Colombes, cailles et autres passériformes fréquentes les mêmes aires de nourrissages que les coqs sonnerats.Cependant, il n’y a pas de réelle concurrence entre eux. Il y a même une certaine symbiose entre eux et les akalats. Le principale prédateur du coq sonnerat est l’aigle royal,or les akalats sont les sentinelles des coqs sonnerats et en contrepartie ,ils profitent des insectes mis à jour par les coqs.

STANDARD

Diamètre des bagues; coq: 12 poule: 12

Poids; coq: 0,7 à 1,2 kg poule: 0,6 à 0,75 kg

Il a une crête simple , rouge, avec de nombreuses dentelures courtes.Les oreillons et les barbillons sont rouges comme ses joues.

Le plumage est aplati et brillant. La queue n’a pas de lancettes.

Note

Membre d’une société avicole, je suis éleveur de quelques races de poule domestique. Lorsque pour la première fois j’ai vu ce coq, j’ai été séduit par sa majesté et sa très grande beauté. Après m’être bien documenté, j’ai construit une volière avec un abris pour la nuit.

Je me suis mis en quête de trouver cet oiseau si rare.Il m’aura fallu près de huit mois pour trouver enfin mon bonheur. J’ai donc pu acquérir deux poules et un coq et par chance de souches différentes.

Cela fait maintenant quelques mois que je possède ce magnifique trio. J’attends avec impatience le mois de mars ,en espérant avoir des poussins.

Pour leur nourriture, je leur donne un mélange de blé avec des flocons d’avoine, de l’aliment complet pour faisans et des carottes déshydratés. De temps en temps des morceaux de fruits et légumes(pommes, courgettes,etc…) et quelquefois un vers de farine.

Pour l’hiver,j’ai équipé l’abri d’une lampe infrarouge au cas ou il ferais froid(-6).Nous sommes fin janvier mais il n’a pas encore fait froid cet hiver,et mes sonnerats ne rentre jamais dans leur abri.

Dès que vient le soir, ils se perchent dans les branches.Je les observe souvent,ce sont des animaux fantastiques,d’une rare beauté.

Articles récents

Commentaires récents

    Archives

    Catégories